SPLASH !

Sofía Fullaondo, 3eB

Je glisse dans l’eau comme un dauphin en répétant les mêmes mouvements, une jambe et après l’autre, peu à peu. Je suis la ligne du fond de la piscine pour savoir où je suis et où je vais. J’élève ma tête, respire l’air parfumé du chlore, je recommence de nouveau. 
J’entends toute l’eau que mon corps est en train de brasser,  je peux entendre le rythme de mon propre coeur, boum boum, boum boum. 
Je ne suis pas seule dans cette piscine, mais j’ai l’impression d’être la seule personne dans l’univers. Quand je suis là à nager, c’est la seule chose qui importe, tous mes soucis, mes responsabilité, mes problèmes, je ne les laisse en dehors de la piscine. A chaque mètre que j’avance, j’échappe un peu plus à mes problèmes et je m’éloigne au point que je ne les vois plus du tout. Il n’y a pas de place pour les soucis ici, seulement pour la perfection. Dans mes pensées, il a seulement de la place pour la beauté de la sensation de l’eau qui m’entoure. Je me perds dans ma bulle, loin de la réalité je suis submergée dans mon imagination. Je suis enveloppée dans la pureté qui est d’être vraiment déconnectée du monde, dans la solitude, le silence. Même la douleur dans mes muscles est bienvenue, elle me rappelle mon but.
La sensation de brûlure dans ma gorge me fait lever la tête pour respirer et j’entends les cris du monde extérieur, la preuve que pendant que je suis dans ma petite bulle parfaite, le reste du monde continue sa vie.
Quand je submerge la tête à nouveau, le silence continue. Je vois la ligne du fond se terminer dans un petit « T » qui m’indique que je m’approche de la fin de ma course. Je donne un coup de collier pour les derniers mètres et enfin mes mains touchent le mur. J’ai fini. Je me mets debout en laissant mon paradis de solitude et de silence derrière moi jusqu’à la prochaine fois.
Tout le monde est debout à crier et à applaudir.  Le public est un mélange de couleur de tous les collèges, mais je ne vois clairement que les miens, bleu et vert, toutes les filles et tous les professeurs debout, fièrement.
Je regarde autour de moi, je vois que je suis la première de loin du reste des nageuses. Je suis ravie mais je ne peux pas éviter de ressentir comme un vide, quand je sors de la piscine.
Quelques minutes après mon professeur m’annonce que j’ai à nouveau le record.

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now